18/11/2004

Barroso...dummy

Commission, vous ne trouvez pas que ça sonne un rien mafieux comme terme ? Commission, pot de vin,... ou la variante : "j'ai une commission à faire" (aller aux toilettes). Bon, allons-y, puisqu'il faut en parler. Ainsi donc la nouvelle Commission européenne arrive à obtenir l'aval du Parlement. On peut crier au cirque, ne rien y comprendre, jouer les mini-eurosceptiques ou encore éviter le sujet mais il est évident qu'on vient de vivre, avec le dernier épisode des "hearings", une grande histoire européenne. Bien entendu, il faut être naif pour nier les rapports de force :
 
- théoriquement, le Président désigné jouit d'une latitude extrême pour choisir ses commissaires mais en pratique ce sont les chefs de gouv' qui envoient leurs petits amis en fonction de leur petit jeu national et l'assiette particratique. Ainsi, en Italie, Berlusconi était contraint (sous peine de divorce) d'envoyer Rocco B. à Bruxelles. Le mec qui avait forcé ce choix n'était autre que Franco Frattini, celui qui remplacera in fine le looser suite au cirque de Buttiglione.
- théoriquement, les pays présentent leurs meilleurs candidats possibles pour rejoindre l'équipe européenne. En pratique, c'est plus douteux. Ainsi, la Hongrie a envoyé son candidat Laszlo Kovacs jugé... totalement incompétent par les députés européens. Que fait alors El Barroso ? Il lui donne un autre portefeuille et hop! il redevient compétent. Facile non ? Non, mais bon c'est lui le Prezzz...
- théoriquement les auditions constituent une formalité mais dans la pratique on vient de voir que les députés européens n'ont pas agi à la légère pour faire le boulot correctement. J'étais impressionné par l'interpellation de Paul Van Buitenen concernant Nelly Kroes. Un forcing qui n'ébranlera pas la dame high society, membre jusque là de cercles très privés économiques, qui se chargera donc à l'avenir de dire à ses amis personnels s'ils vont à l'encontre des règles de concurrence. Si oui, elle promet de ne plus être leurs amies, nan!
 
Bref, théoriquement l'Europe est compliquée mais pratiquement c'est très, comment dire ... politique ? Donc, on aime ça et ne faites pas la fine bouche cette fois ! 

10:40 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

pour information A gauche toute, aussi mentionne allochtone (http://agauchetoute.skynetblog.be)

Écrit par : deborah | 18/11/2004

Désillusions... Cher Mehmet,
L'habitude, dans les parlements nationaux, étant de faire plaisir aux amis, car "s'ils n'en mouraient pas tous, tous étaient frappés" (Lafontaine), on envoie généralement au parlement européen les "copains" qu'on n'a pas pu caser ailleurs...
Ceci amène des incompatibilités mais aussi, et c'est bien pire, des priorités nationales par rapport au bien commun...
Je crois que ce résumé explique tout, hélàs!
Malheureusement, ces gens votent souvent des règlements inapplicables et stupides pour ménager les différents intérêts nationaux... mais qui doivent être appliqués malgré leurs incohérences!
Amitiés

Écrit par : Armand | 18/11/2004

. deborah
Oui, Benoît est une connaissance web de longues dates qu'il m'arrive de lire régulièrement. Le moteur truefresco recherche les références à ce site durant les 24h passées et ne réactive que s'il y a un nouveau visiteur de cette adresse. Donc, les gens apparaissent automatiquement en référence ici... merci pour ta visite!

Armand
merci pour ton commentaire et ton passage :))

Écrit par : mehmet | 19/11/2004

Difficile construction Nous nous trouvons donc face à une commission contestée avant même sa naissance et face à un parlement qui renforce peut-être son influence à l'égard des politiques nationales, malgré des élections assez peu glorieuses dans pas mal de pays. Si le débat européen était au centre de notre intérêt, nous nous en passionnerions peut-être : trop lointain et trop technique ? Le mot "Traité" n'est pas judicieux non plus...
Toujours enchanté de te lire.

Écrit par : Ubu | 20/11/2004

Les commentaires sont fermés.