20/01/2005

Bilinguisme

[note : un texte intéressant que j'ai également voulu partager avec vous en FR]

[traduit du néerlandais]

Pour les Bruxellois allochtones, c’est toujours un défi d’arriver à bout du néerlandais. Une personne d'origine étrangère se sent davantage Belge quand elle maîtrise tranquillement les deux langues nationales parce qu'il se rend bien compte qu'une majorité de ses concitoyens autochtones d’une seule de ces deux langues est puissante. Le chemin vers la connaissance du néerlandais était tout sauf facile ; je devais suivre non-stop des cours dans une langue que je n’entends à l’époque qu’au centre linguistique. Après de longs cours de langue de différents niveaux, j'ai constaté que l'opportunité d’exercer ma connaissance linguistique était presque nulle. Pour arrêter la perte linguistique, après tous ces efforts linguistiques, j'ai décidé d’aller habiter temporairement en Flandre. Après environ deux années à Mechelen, je suis retourné dans "mon" Bruxelles. J’ai toujours été partisan du bi- ou plurilinguisme, de la diversité, et de la multiculturalité ; plus tu parles de langues, plus tu penses large. Le bi- ou plurilinguisme à Bruxelles signifie plus d'ouverture pour la langue, la culture et la communauté de chacun. Comme c'est ma conviction que le bilinguisme dans un Etat bicommunautaire est la clé pour plus de respect et plus de compréhension entre les deux grandes communautés, je crois religieusement en un Bruxelles bilingue et multiculturel.

D’après moi, le bilinguisme des fonctionnaires est un must ; les personnes qui représentent les services publics doivent donner l’exemple d’une ouverture linguistique et de la tolérance intercommunautaire. Je pense que M. Vanhengel [ndlr : ministre régional libéral flamand – VLD] se trompe ; le bilinguisme de service n'est pas un bilinguisme : il est uniquement question de bilinguisme quand on connaît les deux langues ; le bilinguisme de service signifie seulement la présence (minimale) du néerlandais au sein d'un service public. Je suis peut-être plus idéaliste que M.Vanhengel car je pense que certains idéaux sont plus importants que le pouvoir ou les postes ministériels. Je me demande aussi si le VLD, qui veut sacrifier l'affaire flamande (mais aussi sa propre affaire !) pour des raisons matérielles, pourrait signifier quelque chose pour une communauté qui un jour est venue du Nord de l’Afrique jusqu’ici...

Samir Elbidaoui, Molenbeek-Saint-Jean (source : Brussel Deze Week nr 968 – 20-01-2005 - paru dans le courrier des lecteurs)

23:19 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.