31/01/2005

Bagdad-Halle-Vilvorde

Le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht (VLD), veut « offrir nos services constitutionnelles » aux Irakiens après le dernier scrutin électoral. « Je plaide pour une nouvelle constitution irakienne où la protection des minorités sera clairement inscrite et dans laquelle la volonté de la majorité ne pourra être imposée unilatéralement à aucune partie de la population », a déclaré le ministre flamand. N’est-ce pas la Flandre qui refuse toujours de ratifier le traité sur la protection des minorités du Conseil de l’Europe ? Veut-il imposer l’obligation de parler le néerlandais aux candidats pour un logement social dans les communes chiites de la périphérie de la capitale sunnite, Bagdad ? Pas sûr que les chiites irakiens aient le même sens de l’humour que les Belges, pourvu qu’ils ne nous lisent pas…

17:12 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2005

Les pompiers bruxellois sur le gril

1. Le Soir (22/01 extraits) : Le racisme a-t-il pénétré le corps des pompiers ? Robert Van Poppel est pompier à la retraite et ex-syndicaliste : « J’ai encore à l’esprit, dit-il, l’image de ces quelques membres du personnel applaudissant à l’annonce d’un incendie au Petit Château » [centre d’accueil transitoire pour les réfugiés, apatrides et illégaux].

2. Résistances.be (03/06/2004):
Dans les coulisses des élections du 13 juin 2004

La liste bruxelloise FIRE est un sous-marin du Vlaams Blok
Le 13 juin prochain figurera sur les bulletins de vote des électeurs bruxellois la liste néerlandophone FIRE. Cette dernière a été déposée par des pompiers. En votant pour elle, on vote en réalité indirectement pour le Vlaams Blok. Et on risque ainsi de mettre le feu (politique) à la Région de Bruxelles-capitale. Eclairage.

L’événement est passé assez inaperçu : le Vlaams Blok a signé un accord d’apparentement avec FIRE, une liste électorale néerlandophone proposée par des professionnels du feu. Cette liste de type « corporatiste », menée par l’un des chefs des sapeurs-pompiers bruxellois, Guy Clauwaert, se présente également le 13 juin pour les élections régionales de Bruxelles-capitale. Cet accord pré-éléctoral entre FIRE et le parti néofasciste flamand permettra à ce dernier de récolter au final les voix gagnées par le premier.

Pourquoi ?
La possibilité d’un apparentement pré-électoral entre des listes est l’une des mesures qui résultent des accords de la Saint-Polycarpe de 2001, visant à réduire le risque d’un blocage des institutions bruxelloises (voir aussi notre article Vlaams Blok = Blocage). Si le Vlaams Blok obtient la majorité au sein du groupe néerlandophone, celui-ci pourra entrer légalement dans le futur gouvernement régional bruxellois, un cauchemar que les partis démocratiques ont voulu éviter à tout prix. Pour ce faire, ces partis ont instauré la possibilité d’un apparentement pré-électoral entre les différentes formations qui se présentent aux suffrages. Ainsi, toutes les voix « superflues » seront redistribuées après le résultat du scrutin, en restant cependant au sein du groupe constitué par les partis avant les élections. En théorie, ce système permet de faire perdre un siège au Vlaams Blok au profit des partis démocratiques. Selon les pronostics, c’est le parti écologiste flamand Groen ! (ex-Agalev) qui pourrait, grâce à ce nouveau système, conserver son siège au Parlement bruxellois.


Ironie du système, le Blok fait également appel à cette technique. Comment ? En signant tout simplement un accord avec FIRE. Toutes les voix surnuméraires de FIRE iront directement au Blok, et vice versa. Mais comme il est peu probable que FIRE passe la barre des 5 % (nécessaire désormais pour décrocher un siège de député régional), c’est le Vlaams Blok qui bénéficiera sans aucun doute des voix récoltées par FIRE. Et même si ce dernier réussissait à obtenir un siège, son meneur Guy Clauwaert pourrait, dans un second temps, passer au Blok.En effet, les amitiés entre le Vlaams Blok et FIRE sont un secret de polichinelle. Il faut savoir que c’est le Blok qui a fourni, par l’intermédiaire d’un ses représentants parlementaires, la signature nécessaire au dépôt des listes de FIRE. Ainsi cette liste n’a-t-elle pas eu la tâche trop ardue, contrairement à toutes les « petites formations politiques », pour récolter les milliers de signatures permettant de se présenter aux élections.

FIRE, sous-marin du Blok
Guy Clauwaert, tête de liste de FIRE, a déclaré, lors de la conférence de presse de présentation de son nouveau parti, qu’il prône la fin du cordon sanitaire qui isole politiquement le Blok. FIRE aura comme premier objectif de combattre cet isolement dont le Blok est victime, et donc de lui permette de se banaliser totalement dans le paysage politique. L’autre objectif déclaré de FIRE est de lutter contre la criminalité – thème électoral de prédilection du Blok et autres partis fascisants.La « tête pensante » de FIRE, le même Clauwaert, a été longtemps membre du SLFP, un syndicat libéral autonome implanté dans les services publics (surtout dans les services de police). Il a débuté en politique il y a un an exactement. Candidat aux élections législatives de 2003, il faisait alors partie du Liberaal Appel (LA) de Ward Beysen, une dissidence d’ultra-droite du parti libéral flamand VLD. Le Liberaal Appel préconise aussi, tout comme FIRE aujourd’hui, la fin du cordon sanitaire. Après les élections de 2003, le LA bruxellois a implosé. Guy Clauwaert a alors fondé son propre parti : FIRE. Depuis lors, Clauwaert, sapeur-pompier à Bruxelles, présente sa formation comme un parti de pompiers, bien qu' aucun autre combattant du feu y figure.

Le Blok pense à long terme
Guy Clauwaert pourrait également servir au Blok pour une toute autre raison. La quasi majorité de la section de la commune bruxelloise d’Evere du Vlaams Blok a tourné le dos à celui-ci pour se rallier au Front national (voir notre article : “Bruxelles: le double discours du Vlaams Blok”). Le Vlaams Blok a ainsi perdu deux de ces conseillers communaux à Evere, ainsi qu’un entourage militant actif et dynamique. Or, Clauwaert, originaire de Zaventem, a déménagé il y a quelques mois, pour venir habiter à … Evere ! Les élections communales étant programmées pour 2006, le pompier aura tout le temps pour y mettre sur pied une nouvelle section du Vlaams Blok. Clauwaert n’a pas fini de mettre le feu (politique) à Bruxelles !

Johan GULBENKIAN

(photo Nadia Geerts)

3. Le Soir (29/01 extraits) :

Pour Francis Boileau [porte-parole des pompiers de Bruxelles], les sorties du député [Rachid Madrane, PS] et de l'ancien syndicaliste arrivent "in tempore suspecto". "En pleine négociation pour la promotion d'un chef de corps. Certains manoeuvrent non pas pour donner une image négative des pompiers, mais d'un candidat officier chef de service pour ce que j'appelle de vieilles casseroles qui n'ont abouti à rien judiciairement ni juridiquement. Si des faits de racisme au quotidien avaient été constatés, il y aurait eu des réactions fermes de l'autorité. Faire sortir de vieux ragots gonflés pour en faire des édits racistes, c'est tromper l'homme politique au moment où il doit prendre sa décision."

Selon certains, ce candidat a pourtant bien tenu des propos racistes dans un tract utilisé alors qu'il était candidat (VLD) aux régionales, en 1995 cette fois. L'intéressé reconnaît avoir dit à l'époque que les immigrés ne souhaitant pas s'intégrer n'avaient qu'à rentrer chez eux. Il parle aujourd'hui d'une erreur de jeunesse et se défend formellement d'être raciste. Quand à ceux qui ont récemment rappelé que, lors des dernières élections régionales, figurait la liste Fire apparentée aux Vlaams Belang, Francis Boileau parle de raccourci. "Il ne faut pas tout mélanger. Il s'agissait de trois pompiers pensionnés ou prépensionnés qui sont apparus sur une affiche avec un casque de pompier. La page s'est heureusement vite tournée puisque cette liste a fait chou blanc."

Eléctions régionales 2004
Groupe linguistique néerlandophone

VLD Vivant : 12.443 voix (19,9%) - 4 sièges
SP.a-Spirit : 11.052 voix (17,68%) - 3 sièges
CD&V NVA : 10.482 voix (16,77%) - 3 sièges
GROEN! : 6132 voix (9,81%) - 1 siège
VL.BLOK : 21.297 voix (34,07%) - 6 sièges
VDB : 313 voix (0,5%) - 0
BELG.UNIE-BUB : 511 voix (0,82%) - 0
FIRE : 286 voix (0,46%) - 0

13:06 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/01/2005

Crainte de l’immigration francophone

Appel lancé par le bourgmestre flamand d’Overijse (périphérie de Bruxelles) pour constituer une liste unique flamande afin d’enrayer la hausse de l’immigration francophone. Le bourgmestre fait sourire JP Botteldoorn, un conseiller communal flamand réputé modéré à l’égard des francophones. «Pas un seul parti flamand représenté à Overijse n’oserait former une coalition avec les francophones, déclare le conseiller. Ce serait un véritable suicide politique.» Suicide politique, vraiment ? Encore, c'est la version du conseiller modéré.

19:07 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

20/01/2005

Bilinguisme

[note : un texte intéressant que j'ai également voulu partager avec vous en FR]

[traduit du néerlandais]

Pour les Bruxellois allochtones, c’est toujours un défi d’arriver à bout du néerlandais. Une personne d'origine étrangère se sent davantage Belge quand elle maîtrise tranquillement les deux langues nationales parce qu'il se rend bien compte qu'une majorité de ses concitoyens autochtones d’une seule de ces deux langues est puissante. Le chemin vers la connaissance du néerlandais était tout sauf facile ; je devais suivre non-stop des cours dans une langue que je n’entends à l’époque qu’au centre linguistique. Après de longs cours de langue de différents niveaux, j'ai constaté que l'opportunité d’exercer ma connaissance linguistique était presque nulle. Pour arrêter la perte linguistique, après tous ces efforts linguistiques, j'ai décidé d’aller habiter temporairement en Flandre. Après environ deux années à Mechelen, je suis retourné dans "mon" Bruxelles. J’ai toujours été partisan du bi- ou plurilinguisme, de la diversité, et de la multiculturalité ; plus tu parles de langues, plus tu penses large. Le bi- ou plurilinguisme à Bruxelles signifie plus d'ouverture pour la langue, la culture et la communauté de chacun. Comme c'est ma conviction que le bilinguisme dans un Etat bicommunautaire est la clé pour plus de respect et plus de compréhension entre les deux grandes communautés, je crois religieusement en un Bruxelles bilingue et multiculturel.

D’après moi, le bilinguisme des fonctionnaires est un must ; les personnes qui représentent les services publics doivent donner l’exemple d’une ouverture linguistique et de la tolérance intercommunautaire. Je pense que M. Vanhengel [ndlr : ministre régional libéral flamand – VLD] se trompe ; le bilinguisme de service n'est pas un bilinguisme : il est uniquement question de bilinguisme quand on connaît les deux langues ; le bilinguisme de service signifie seulement la présence (minimale) du néerlandais au sein d'un service public. Je suis peut-être plus idéaliste que M.Vanhengel car je pense que certains idéaux sont plus importants que le pouvoir ou les postes ministériels. Je me demande aussi si le VLD, qui veut sacrifier l'affaire flamande (mais aussi sa propre affaire !) pour des raisons matérielles, pourrait signifier quelque chose pour une communauté qui un jour est venue du Nord de l’Afrique jusqu’ici...

Samir Elbidaoui, Molenbeek-Saint-Jean (source : Brussel Deze Week nr 968 – 20-01-2005 - paru dans le courrier des lecteurs)

23:19 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2005

Reportage sur la tentacule européenne de Galatasaray SK

L’espace de 24 heures vivez la passion du sport, le sacrifice trop fort, les insultes en or couplés au débat politique sans remords en compagnie des ultrAslans.

Le football, l’intégration et l’engagement fanatique

Jour J-1 : 14-01-05
Il est minuit trente à la veille d’un match amical qui opposera le 15 janvier 2005 l’équipe allemande de Schalke04 et les Turcs de Galatasaray Istanbul en guise de gala pour leurs anniversaires respectifs (70 et 100 ans d’existence). L’ambiance chauffe déjà au local de la filiale belge ‘ultrAslan-Belgique’ situé dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. En effet, une trentaine de supporters fanatiques de Galatasaray agencent tabourets et tables pour accueillir pour la première fois les gros bonnets (A.Sinan Tüzün et Alpaslan Dikmen) de la nouvelle structure des supporters européens de l’équipe jaune et rouge « Avrupa Genç Galatasaraylilar Dernegi » (cf. plus bas). On se croirait à une conférence de presse sauf que l’attente interminable fait basculer la salle dans une ambiance de concours de chants des pires insultes contre le grand rival sportif d’Istanbul Fenerbahçe : « Tapettes de Canaries (ndlr : mascotte de l’équipe adverse), comment Barcelone a bien entubé votre mère ! », « Nous allons faire écrire au chien de Fenerbahçe que nous sommes les champions »,… Un visage inconnu entre dans la salle, soudain on entend un nouveau chant qui fera office de test amusant : « Saute ! Saute ! Celui qui ne saute pas est Fenerli ! » Le nouveau hésite un court instant puis se met rapidement à sautiller en compagnie de l’orchestre des chaises musicales. Le cortège continue à la manière des chants d’étudiants : « Etranger, offre-nous une bière, offre-nous, offre-nous… » mais l’étranger prendra sa place en reprenant à son compte une réplique en vogue du dernier film culte G.O.R.A. du comique populaire Cem Yilmaz : « Qui es-tu toi ? Qui ? Sors d’ici, sors ! » Le tout naturellement sur le ton de rigolade pour le plus grand bonheur de la salle.

lire la suite sur minorites.org

09:36 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/01/2005

Le Prince Harry n'est pas que Nazi

[note : je rediffuse cette excellente réflexion sur le post-colonialisme et les limites de l'étonnement public] :

On s'est scandalisé à juste titre sur le déguisement ignoble de nazi du Prince Harry en Grande Bretagne, mais on a oublié de se scandaliser sur le thème raciste de la soirée déguisée à laquelle il assistait. En Occident, le colonialisme assassin est encore fashionable...

Grand émoi en Grande Bretagne : le prince Harry s'est pointé à une fête costumée avec un accoutrement de nazi - y compris le brassard avec la croix gammée C'est scandaleux.

Mais il y a un autre scandale : le thème de la soirée était "Native and Colonial" - c'est à dire "Indigène et Colon". Les photos nous montrent donc des petits crétins blancs déguisés en civilisateur avec schlague et casque colonial, des gros cons déguisés en nègres sauvages, avec visage noirci au bouchon, grosses lèvres peintes et os dans le nez. A un moment ceux qui étaient déguisés en nègres ont fait une "monkey dance" (dance des singes), braillant des onomatopées et mimant la sodomie collective - c'est bien connu, les indigènes négros sont des singes qui parlent une langue primitive et qui s'enculent entre eux... Tout le monde était mort de rire. Il n'y avait aucune personne de couleur dans l'assemblée, on était entre gens de bonne société. En Angleterre, à juste titre, le consistoire israélite a demandé à Harry d'aller visiter Auschwitz à l'occasion du 60è anniversaire de la libération du camp. C'est une très bonne idée... Mais moi j'aimerais bien qu'on se scandalise également sur les organisateur de la fête à laquelle Harry était invité, qu'on oblige les jeunes qui ont trouvé drôle de se déguiser en "indigènes" et en tortionnaires coloniaux à aller visiter... à aller visiter quoi ?

Y a-t-il quelque part un mémorial du colonialisme ? Existe-t-il quelque part un Yad Vashem pour les millions de mort de cette entreprise d'expansion occidentale ? Existe-t-il quelque part un travail pédagogique permettant aux jeunes blancs occidentaux de comprendre l'impact de cette histoire sur le mental des anciens colonisés ? Non, cela n'existe pas. On a débaptisé la Place Adolf Hitler à Strasbourg, mais on a gardé la statue d'Olry sur la place centrale de Nouméa, celui qui préconisait "l'extermination de la race indigène en organisant des battues, comme pour les loups". C'est pour cela que personne n'a trouvé scandaleux le thème de cette soirée, c'est pour cela qu'on s'est focalisé sur l'ignoble brassard de Harry et qu'on a pas vu l'ignoble caricature raciste qui sous-tendait toute la soirée.

Il y a encore du boulot de pédagogie à faire...

Grégoire
(source : http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=31154)

03:26 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook |

15/01/2005

Mosquée chrétienne flamande

A la suite de l’assassinat du cinéaste Théo Van Gogh chez nos voisins Néerlandais, les mosquées et associations culturelles turques avaient lancé un appel aux autochtones pour les inviter à rejoindre leurs organes de gestion (conseils d’administration). L’idée assez originale visait à décrisper le « Belge-moyen » de ses fantasmes terroristes afin de venir gérer du concret avec l’ « allochtone-moyen » et sa mosquée.

Bingo, le mouvement ouvrier chrétien (ACW) annonce dans De Standaard sa motivation et appelle ses membres et volontaires à siéger dans ces conseils d’administration des mosquées turques. Par ailleurs, les mosquées ont décidé de publier sur le net la traduction flamande de leurs prêches du vendredi. Bon, visiblement l’appel est un échec étant donné que seuls sept individus se sont portés volontaires - dont une conseillère communale libérale anversoise Marleen Van Ouytsel (VLD) – mais néanmoins intéressante. A quand la même démarche de la part des autres cultes ou croyances ?

02:33 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/01/2005

Déception progressiste

Une excellente analyse de la journaliste Liesbeth Van Impe dans De Morgen (31-12) sur le balbutiement de la gauche belge face à une droite qui se rassemble de plus en plus autour de l’ordre, des normes et des valeurs. Tout naturellement, le combat contre le Blog-Belang domine les préoccupations. Et si tout a déjà été essayé contre l'ascension de l'extrême droite, le « quoi maintenant ? » devient presque une question piège. Mais pour s'attaquer au fond du sujet, la journaliste nous invite à ne pas parler pour une fois de Dewinter et de ses troupes car le malaise doctrinal est plus profond.

Retour en 1999, la chute de Dehaene et donc du pilier chrétien a permis de rêver sur les possibles réformes d’une nouvelle majorité laïque : la loi sur les drogues, l’euthanasie, le mariage homosexuel. Pour la première fois depuis 50 ans, une majorité libérale (dans le sens américain du terme) se dégageait pour réformer la Belgique également sur des sujets éthiques. Mais tandis qu'on pouvait lire sur les visages conservateurs l'horreur d'une éventuelle politique permissive de la coalition arc-en-ciel, le résultat est plus que contestable. Une loi sur la consommation des drogues douces tellement alambiquée que même la Cour d'arbitrage s'en est mêlée, une loi sur l'euthanasie toujours pas efficace pour ceux qui voudraient en faire usage et une loi sur le mariage homosexuel qui refuse l'adoption. Et au fil du temps, les avis ont même évolué au sein de ces partis "laïcs" vers un regain de conservatisme. Ainsi, la nouvelle secrétaire d'Etat à la famille, Gisèle Mandaila (FDF) qui lors de sa première prise de parole précise qu'elle n'est pas contente des conclusions des Etats généraux sur la famille et veut recentrer le débat sur la "famille traditionnelle". Les choses sont également moins évident au sein des libéraux flamands. Certes, le turbulent sénateur Jean-Marie Dedecker peut facilement se qualifier de progressiste sur le plan ethique mais ce n'est certainement pas avec son soutien au droit d'adoption pour les holebis qu'il a réussi à recueillir près de 40 % des voix lors des présidentielles de son parti. La réponse classique des politiques est de dire que les gens ne sont pas prêts pour ce genre de pas. Etes-vous d'accord avec cet argument ?

18:16 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/01/2005

Les CV anonymes et les bières connues

Christian Dupont (PS), ministre fédéral de la Fonction publique et de l'Egalité des chances, veut aujourd'hui élargir l'anonymisation des CV pour l'engagement des contractuels. Jusqu'ici, les services publics n'étaient pas obligés de passer par le Selor (bureau de sélection des autorités fédérales) pour recruter les candidats contractuels. Un nouvel arrêté royal adopté le 3 décembre en Conseil des ministres les y contraint désormais. Le ministre Dupont travaille à la mise en place d'un service de «e-recruiting» qui devrait être lancé officiellement le 1er février 2005. Ce nouveau système informatisé permettra aux contractuels qui postulent à la fonction publique fédérale de remplir un curriculum vitae (CV) standardisé directement accessible sur le site Selor.be.

La députée chrétienne-démocrate flamande Nahima Lanjri (CD&V) réagit dans le magazine Knack (5/1) avec étonnement en précisant que « le secteur public donne le mauvais exemple ». Elle est déjà surprise que le recrutement de fonctionnaires ne se fasse pas depuis longtemps de manière anonyme. « Dans la même recherche, il est apparu que les questions de culture générale constituent la pierre d’achoppement de l’examen. Pour un allochtone qui ne boit pas d’alcool, il n’est par exemple pas évident de citer dix sortes de bières. Il devrait y avoir plus de questions qui concernent la profession. »

Je trouve assez marrant l’exemple des bières mais ne comprend pas le rapprochement avec l’état d’un allochtone. Car pour un blanc qui ne boit pas d’alcool, il n’est toujours pas évident de citer dix sortes de bières. Tiens à propos, en tant qu’allochtone qui consomme de manière modérée, j’essaye maintenant sans tricher : jupiler, maes, hoegaarden, kriek, stella, chimay, rodenbach, pink killer (delirium), heineken, leffe. Cool, j’ai réussi l’examen ! Bon, maintenant il faut que je fasse passer la pilule sur le prénom exotique, on verra ensuite pour l’aptitude à la fonction.

16:27 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

05/01/2005

On demande Buttiglione au Koweit

Je viens à peine de lire l’info sur la démission du ministre de l’Information au Koweit, Mohammed Abu al Hassan, pour avoir autorisé des « concerts immoraux » en plein émirat pro-américain. En réalité, c’est surtout parce que le ministre n’a pas interdit la « Star Academy » que des parlementaires conservateurs islamiques ont forcé Abu al Hassan à s’expliquer devant une commission parlementaire, après en avoir fait une question politique durant la dernière campagne électorale. Celui-ci a préféré démissionner avant de passer l’audition face aux députés. Bon pour compliquer les choses, Mohammed Abu al Hassan était le seul chiite sur les 18 membres du gouvernement koweitien et qu’il était apprécié par un éditorialiste arabe conservateur et pro-américain comme étant « l’un des plus conservateurs ministres koweitiens de l’Information »… vous y comprenez quelque chose ?

On a également connu récemment le combat des valeurs chez nous avec l’affaire Buttiglione. L’ex-commissaire désigné italien, Rocco Buttiglione (redevenu ministre des Affaires européennes dans le gouvernement Berlusconi), avait justement été forcé d’oublier ses rêves lors de son passage en commission du Parlement européen. Les eurodéputés le jugeant trop rétrogrades suite à ses commentaires polémiques sur les homosexuels et le rôle de la femme. Ami personnel du chef d’Etat à vie de la cité du Vatican, Karol Wojtyla (alias Jean-Paul 2), et conservateur multilingue, Buttiglione a bien tenté de s’en sortir en citant le philosophe allemand Immanuel Kant mais rien n’y fit. Le Président de la Commission, José Manuel Barroso, a finalement dû le remplacer par Franco Frattini pour calmer les eurodéputés. On devrait envoyer Buttiglione comme ambassadeur de l’UE au Koweit afin qu’il puisse noyer son chagrin auprès de ses fans. Lot de consolation pour le perdant, le Koweit n’a toujours pas accordé le droit de vote et d’éligibilité aux femmes… une gent dont le rôle se limite aux tâches domestiques dans la doctrine buttiglionaise.

06:24 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

04/01/2005

La belle gicle ?

Très bonne idée du Soir du 3 janvier de publier la réaction de 175 témoins sur les 175 ans de la Belgique. On apprend déjà la fonction de certaines personnes ex : Tatiana Silva Braga Tavares – Miss Belgique, Philippe Moureaux – Sénateur, Louis Tobback – Bourgmestre de Louvain, Hervé Hasquin – Député fédéral, Béa Diallo – Boxeur, député régional, Denis Ducarme – Député fédéral… et l’évolution de la fonction pour d’autres : Mohamed Boulif est passé au fil des années de « président de l’Exécutif des musulmans de Belgique » à tout simplement « Exécutif des musulmans » en passant par « chef des musulmans » quelques jours auparavant dans le même quotidien.

Intéressant de lire aussi les réponses de

- Jean-Marie Dedecker (VLD) : « La Belgique va lentement s’évanouir parce que la césure entre le nord et le sud est de plus en plus grande, que les gens n’auront finalement plus rien en commun. Je rêve que cette transformation se fasse en paix »
- François Perrin (Ministre d’Etat libéral) : « Que la négociation l’emporte sur la guerre civile »
- Steve Stevaert (Président du SP.A) : « Limbourgeois, je suis un Belge d’origine récente : le Limbourg a été rattaché au pays avec sept ans de retard… Flamand convaincu, européen de cœur, je veux que la Belgique subsiste au cœur de l’Europe. Nous progresserons dans la régionalisation mais nous continuerons à collaborer. »
- Louis Tobback (SP.A) : « (…) A terme, je pense que la Belgique, comme la France, finira par s’évanouir dans l’Europe »

Aux armes citoyens ? Cela fait peur de lire que la transformation paisible n’est qu’un rêve ou qu’un souhait. Peu de flamands qui affirment être contents de la Belgique. Belge est même devenu synonyme de francophone ou wallon au point où le patron d’EVS Laurent Minguet suggère la séparation entre deux Etats : la Flandre et … la Belgique.

Le plus drôle reste à nouveau le cinéaste Jan Bucquoy : « Sa double culture est unique. Et la Belgique est parfois très pratique. Quand vous êtes grillé d’un côté – et je sais ce que c’est – vous pouvez toujours aller travailler de l’autre »

17:12 Écrit par mehmet | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |